Suzan Frecon : « Peintures à l'huile et soleil »

Une peinture à l

Suzan Frecon est arrivée tardivement au minimalisme, mais elle a persisté et son travail a une originalité plus profonde et plus calme : un sens de l'intégrité inattaquable et de la plénitude de la forme. Aujourd'hui âgée de 70 ans, Mme Frecon se concentre depuis plus de trois décennies sur une ou deux formes simples vues sur une même couleur. Ses peintures les plus récentes comportent deux panneaux dont la division forme une sorte de ligne d'horizon, tandis que les formes elles-mêmes impliquent des monticules incurvés, de petites montagnes, des étangs cristallins, des nuages ​​​​bas et des soleils levants ou couchants. Malgré l'utilisation de 'Sun dans le titre de cette émission, ses couleurs, qu'elle broie et mélange elle-même, tendent vers le sombre. Rouille, bleus et verts prédominent ici avec des résultats qui semblent nocturnes. Ils combinent la couleur de Rothko dans sa forme la plus vineuse et la plus sombre avec les géométries soigneusement modulées d'Ellsworth Kelly, mais sont toujours clairement faits à la main, peints avec une qualité méditative qui évoque Morandi.

Les images de Mme Frecon sont évidemment des paysages, mais elles ressemblent aussi à quelque chose de plus étrange : de véritables sculptures complètement aplaties contre la surface, avec des traces de lumière et d'espace persistantes derrière elles qui vont au-delà du simple illusionnisme dans la perception réelle. Cet équilibre entre nature et artifice est à la fois exquis et spirituel. Une partie du caractère physique de l'œuvre découle du sens des couleurs terreuses de Mme Frecon, mais aussi de ses contrastes subtils mais décisifs de surfaces mates et brillantes. Les peintures ont une réalité optique profondément étrange qui leur est propre. Ce sont des objets obstinés qui n'habitent pas tout à fait dans notre espace, ce qui les rend si exceptionnels.